Partager
Imprimer
Date de publication27 mars 2019

ARTCENA, invité du lundi en coulisses au Théâtre de l'Aquarium

Théâtre Actualités ARTCENA
SOUTIEN

ARTCENA est l’invité de cette après-midi organisée le lundi 15 avril, par le Théâtre de l’Aquarium et propose une sélection de textes lauréats de l’Aide à la création, que les participants découvrent lors de lectures « à chaud », comme dans un laboratoire

Un lundi par mois, acteurs professionnels et metteurs en scène sont conviés à partager une grande après-midi de découverte de pièces inédites dûment choisies par « l’hôte du jour » (metteur en scène, écrivain, éditeur, critique, animateur de comité de lecture…).
Des lectures « à chaud », avec le plaisir et le trac de se jeter sans filet dans une écriture inconnue !

Lectures à chaud de textes lauréats de l'Aide à la création

Sur les ruines de Babel (western rouge) de Haïla Hessou

Nouvelle-France, Amérique du Nord, XVIIe siècle : les forêts sont sans chemins, les villes encore naissantes. Poussière d’Etoile, chef d’une bande de brigands, plus obscène encore que violent, assassine de sang-froid un innocent endormi : Babel. Le long du fleuve Saint-Laurent, la vengeance rougit le courant. Le pistolet de Babel passe de mains en mains, d’orphelins en mères, de fils en femmes, à la recherche de Poussière d’Etoile.

Et puis le roulis de Milène Tournier

Dans ce dialogue entre la mère, le père et le fils-monstre, les paroles déferlent comme les marées, entraînant avec elles ceux qui ont appris à nager en eaux troubles. Seuls les mots semblent capables de retranscrire la douleur de se sentir étranger face aux autres et face au monde entier. Il ne reste plus, alors, qu’à prendre le large et à se construire des châteaux de sable dans la tête pour ne pas perdre pied. La pièce voudrait cartographier le paysage mystérieux de la maladie et de l’autre. L’autre : ce fils qu’on ne comprendra jamais tout à fait, cette créature étrange avec du vent sous le front et la langue au bout des doigts.

Nuit de veille de Kouam Tawa

C’est le cinquantenaire de l’Indépendance dans un village d’Afrique. Le pouvoir en place s’est organisé, comme d’habitude, pour que la commémoration ne soit que réjouissances, oubliant que les vents ont tourné. Le peuple, pour une fois, prendra soin de sa parole.

[Lun. 15 avril - 14h à 18h]
Théâtre de l’Aquarium
La cartoucherie
route du Champ de Manœuvre
75012 Paris

Réservations : 01 43 74 99 61 - www.theatredelaquarium.net