Partager
Imprimer
Date de publication07 février 2019

Le Festival d’Avignon et son public en 2018

Théâtre
ÉTUDE

L’Équipe culture et communication (Université d’Avignon), qui a construit son expertise scientifique à partir de ses recherches sur les publics des grands festivals, publie pour la 4e année consécutive une étude dédiée au public qui a fréquenté le Festival d’Avignon, dont voici les résultats pour 2018.

Une étude menée en partenariat entre l’Équipe culture et communication (Université d’Avignon) et le Festival d’Avignon vient de paraître au sujet de la socio démographie du public de la 72e édition du Festival (2018). Cette synthèse, réalisée pour la 4e fois à Avignon, est le résultat d’une sélection de données issues de l’étude menée sur le terrain pendant toute la durée du festival.

Entre autres constats, on observe que la représentativité des femmes est, comme c’est le cas depuis une vingtaine d’années, toujours aussi forte au sein de la population festivalière (36% d’hommes et 64% de femmes) et que la représentation entre les 15-30 ans (18%) et les 56-65 ans (22%) est plutôt équilibrée.
L’analyse des classes d’âges fait également ressortir deux tendances principales contribuant à décrire le public du festival : une part importante du public est fidèle à l’événement, tandis que l’on constate chez les plus jeunes la poursuite d’une dynamique d’engagement qui sont plus autonomes dans la pratique festivalière.

Si la découverte est une attente récurrente pour 58,4% des festivaliers, c’est la dimension « d’avant-première » qui compte le plus dans leur parcours de spectateurs. Le public est aussi attaché à des lieux en plein air comme la Cour d’honneur du Palais des papes, le cloître des Célestins ou encore le cloître des Carmes.

En 2018, la durée moyenne du séjour festivalier est de 7,5 jours pour, en moyenne toujours, 4,5 spectacles vus au Festival d’Avignon et 8 dans le OFF, ce qui démontre un engagement pour le spectacle vivant conséquent dans un espace-temps concentré.

On découvre également dans cette étude que l’évolution des pratiques numériques touchent les festivaliers dont les habitudes, l’approche et la pratique de l’événement changent, renforçant encore, semble-t-il, l’implication du public afin de vivre une expérience artistique et culturelle intense.