Le prix de l'éducation artistique et culturelle

Théâtre
DÉBATS DE 11H

Jeudi 12 juillet 2018, Festival d’Avignon, quatrième débat de la Semaine professionnelle animé par La Scène au Cloître Saint-Louis. Quelles nouvelles ambitions pour l’éducation artistique et culturelle, priorité réaffirmée des politiques culturelles ? Quelle place pour les artistes ? Quels liens avec la démocratisation de la culture ?

Pour le gouvernement, l’éducation artistique et culturelle (EAC) et sa généralisation constituent une priorité. Derrière cet engagement et cette volonté politique, c’est la question de la transmission du patrimoine commun qui est en jeu. Autrement dit, et selon Françoise Nyssen, cette transmission est le « ciment de la société française et européenne, facteur d’ouverture sur le monde et de prise de conscience de notre rôle en tant que légataire du patrimoine de l’humanité, la compréhension du geste artistique et de la démarche de création, ainsi que l’initiation aux pratiques artistiques et le développement de la créativité ».

La question n’est pas nouvelle, l’État se la pose depuis près de 30 ans. Mais, la prise de conscience progressive de la part des institutions culturelles n’a jamais été aussi forte pour admettre que l’enjeu est devenu majeur. L’EAC est dorénavant au cœur de leurs missions et les budgets ne cessent d’augmenter au fil des ans.

Comment amener la jeunesse à fréquenter régulièrement des œuvres et y être attentif ? Si les élus et les institutions s’emparent du sujet, c’est sans doute au niveau du système éducatif que les grandes manœuvres doivent être opérées, en repensant et en réactivant la pratique artistique pour une éducation par l’art (et non plus seulement l’histoire de l’art), et sans dissocier autant le rôle de l’artiste de celui de professeur.

C’est peut-être, aussi, du côté du terrain, des professionnels et de la société civile que des mouvements, que des actions et des mises en réseau (à l’image du réseau REVES créé par Didier Le Corre) peuvent être menées pour comprendre les blocages, accompagner les acteurs, sensibiliser les élus. Et faire en sorte, au bout du compte, que chaque citoyen du territoire ait accès à la culture.

Quel prix une nation est prête à payer pour offrir à ses enfants un éveil artistique et culturel qui soit riche, diversifié et pérenne ? Les intervenants étaient invités à en débattre et y répondre.

Les intervenants du débat

Jean-Gabriel Carasso

Directeur de L’OiZeau rare

Jean-Gabriel Carasso est directeur de l’Oizeau rare, association de recherche et d'action culturelles et consultant auprès de l’Observatoire national des politiques culturelles (Grenoble). Auteur et réalisateur, il a également enseigné à l’Institut d’études théâtrales à paris III – Sorbonne nouvelle et au Conservatoire national d’art dramatique de Paris.

[En savoir plus / L’OiZeau rare]

Virginie de Crozé

Directrice de la communication et des relations avec le public, Festival d’Avignon

Ancienne responsable du service des relations avec le public du Théâtre national de l’Odéon, Virginie de Crozé est désormais directrice de la communication et des relations avec le public pour le Festival d'Avignon. Elle enseigne également à l'université Paris 1 Sorbonne, à l'université Paris 8 Saint-Denis et à l’IC COM.

[En savoir plus / Festival d’Avignon]

Jean-Marc Lauret

Chargé de mission d’inspection générale au ministère de la Culture

Cheville ouvrière de l’organisation du symposium européen et international de recherche sur l’évaluation des effets de l’éducation artistique et culturelle (janvier 2007, Centre Georges Pompidou), Jean-Marc Lauret est aussi l’auteur de plusieurs articles sur l’éducation artistique et culturelle et sur le dialogue interculturel.

[En savoir plus / Ministère de la Culture]

Didier Le Corre

Directeur de La Garance, Scène nationale de Cavaillon

Ancien administrateur de l'Institut International et de l'École Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette à Charleville Mézières, Didier Le Corre est désormais directeur de La Garance, Scène nationale de Cavaillon et du Vaucluse. Il y défend un projet qui entend concilier ambition artistique et exigence démocratique, en multipliant les dynamiques partenariales et participatives autour des artistes invités ou associés.

[En savoir plus / La Garance]

Émilie Robert

Directrice du Théâtre Massalia, à Marseille

Après avoir dirigé le Périscope (Nîmes), Émilie Robert prend en 2013 la direction du Théâtre Massalia implanté au cœur de la Friche Belle de Mai à Marseille. Travaillant en collaboration étroite avec les établissements scolaires de son quartier, le théâtre déploie des propositions artistiques et culturelle dans une préoccupation d’accès à la culture de ceux qui en sont éloignés.

[En savoir plus / Théâtre Massalia]

Les intervenants
© Sébastien Cotte

 

Pour compléter le débat

L’accès aux arts et à la culture dès la petite enfance

Après la signature en mars 2017 du « Protocole pour l’éveil artistique et culturel des jeunes enfants », les ministères de la Culture et des Solidarités et de la Santé présentaient le 8 décembre 2017 un guide pratique sur « L’Éveil artistique et culturel : Initiatives des professionnels de la culture et de la petite enfance », destiné à donner aux professionnels des deux secteurs une vision d’ensemble sur la diversité de projets menés en France. A lire, ce compte-rendu de la rencontre organisée pour l’occasion à la Grande Halle de la Villette.

[MINISTÈRE DE LA CULTURE, « L’éveil artistique des jeunes enfants, passerelle vers l’accès à la culture », décembre 2017]

Pour un renouvellement de l’éducation artistique

Jean-Marc Lauret, chargé de mission d’inspection générale au ministère de la Culture, est l’auteur de L’art fait-il grandir l’enfant ?, paru en 2014 aux Éditions de l'Attribut. Docteure en sciences de l’éducation et en arts plastiques, chargée de cours à l’Université de Montréal et à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (Canada), Maia Morel en délivre un compte-rendu.

[« Jean-Marc Lauret, L’art fait-il grandir l’enfant ? Essai sur l’évaluation de l’éducation artistique et culturelle », Lectures, 2015]

L’éducation artistique et culture pour de futurs citoyens du monde

A lire, ce résume du propos de Jean-Gabriel Carasso qui, dans Nos enfants ont-ils droit à l’art et à la culture ?, s’interroge sur la façon d’intégrer l’éducation artistique et culturelle dans les établissements scolaires. Pourquoi l’éducation artistique et culturelle est indispensable pour « fabriquer des humains », de vrais citoyens du monde ?

[« Jean-Gabriel Carasso, Nos enfants ont-ils droit à l’art et à la culture ? », Limés, Université de Poitier, 2016]

Dans le fauteuil du ministre de la Culture

A l’occasion de la parution de Quand je serai ministre de la Culture… aux Éditions de l’Attribut en 2012, La Terrasse publiait un entretien avec le directeur de l’Oizeau Rare, Jean-Gabriel Carasso, un des théoriciens les plus pertinents de l’éducation artistique.

[« Quand je serai ministre de la Culture… », La Terrasse, juillet 2012]

Faire confiance aux acteurs de terrain

François Deschamps, consultant sur les politiques culturelles et ancien président de la FNADAC, évoque, dans un contexte de fort changement institutionnel, les grandes étapes, les avancées et les manques en matière de politique nationale d’éducation artistiques et culturelles, en préconisant de faire confiance à l’énergie et au savoir-faire des acteurs de terrain.

[« Les clés de la réussite de l’éducation artistique et culturelle », La Lettre du cadre, juillet 2018]

Co-organisateurs des débats :

La Maison Professionnelle du Spectacle Vivant
ISTS Avignon
La Scène
Festival d'Avignon