Des modèles de politiques culturelles, à quel prix ?

Théâtre
DÉBATS DE 11H

Vendredi 13 juillet 2018, Festival d’Avignon, cinquième et dernier débat de la Semaine professionnelle animé par La Scène au Cloître Saint-Louis. Comment les pays européens adaptent-ils leur modèle de politiques culturelles ? De quelles manières certains innovent-ils en la matière ? Comment peut-on envisager d’aller plus loin pour faire vivre la culture ?

Le constat est limpide : en matière de financements de la création artistiques, les investissements publics s’amenuisent sensiblement, voire se tarissent dans la plupart des pays européens. Afin d’adapter leur modèle aux transformations économiques et sociales et pour financer la culture, ceux-ci mettent en place des initiatives qui font davantage appel au secteur privé.

Depuis 13 ans, la Belgique expérimente ainsi le « tax shelter », un système d’incitation fiscale pour motiver les entreprises à investir des sommes conséquentes dans la culture. Selon la RTBF, l'élargissement du mécanisme au spectacle vivant en 2017 a d’ailleurs créé de nouvelles opportunités d'investissements.

Ailleurs en Europe, d’autres dispositifs innovants voient le jour, tels des systèmes de loterie nationale ou encore un « capitalisme éthique » pour contribuer à la vie culturelle de la ville, mais de sont vers des systèmes de mécénat qui, s’ils ne représentent pas encore une manne importante (notamment en France), que les politiques culturelles se tournent actuellement, en déculpabilisant les structures et en organisant la rencontre et le dialogue entre les entreprises et les acteurs culturels. À l'instar du fonds de dotation EDIS, initié par Pascal Keiser, cofondateur de la French Tech Culture et président de la Manufacture à Avignon.

Dans le même temps, l’Europe est en train de redéfinir ses programmes et son budget pour les années 2021-2027. Quelles peuvent être les conditions de la création et de la circulation dans un monde en profonde mutation ? Dans un espace élargi où l’on observe une pluralité des identités ainsi que des désirs et des besoins d’ouverture et de citoyenneté, comment assurer la diversité de la création et donner accès aux œuvres ?

Reste la question du budget européen de la culture (équivalent au prix d’un avion de chasse), bien trop modeste. À l'image des lobbies industriels, n’est-il pas opportun de tenter de rassembler et fédérer les acteurs culturels en vue d’agir pour se faire entendre ? La culture n’est-elle pas l’une des clés qui permettront à l’Europe de relever les défis qui l’attendent ? Les intervenants étaient invités à débattre de ces sujets et à répondre à toutes ces questions.

Les intervenants du débat

Audrey Brooking

Administratrice Das Fräulein Kompanie, projet La Coop ASBL

Après des études en management des organisations culturelles, Audrey Brooking se spécialise dans la production du spectacle vivant. Elle intègre Das Fräulein Kompagnie (dir. artistique : Anne-Cécile Vandalem) dont elle devient administratrice.

[En savoir plus / Das Fräulein Kompagnie]

Laurence Barone

Directrice adjointe du Relais Culture Europe

Diplômée de Science-po Paris et de l’Université catholique de Louvain, elle travaille au Relais Culture Europe depuis 2004 auprès d’une grande diversité d’acteurs français et européens. Aujourd’hui directrice adjointe, elle conduit des missions régulières en Europe (Balkans, Est européen, etc.) et au-delà (Bassin Méditerranée, Australie, Asie). Elle coordonne ITEAM, un « programme européen d’innovation culturelle et sociale » et est attachée plus particulièrement aux questions de démocraties, d’État de droit et d’identités.

[En savoir plus / Relais Culture Europe]

Pascal Keiser

Cofondateur de la French Tech Culture, président de la Manufacture

Ingénieur civil polytechnicien, Pascal Keiser s’oriente vers la culture et l’économie numérique en 2001. Président du collectif La Manufacture (Avignon), il est aussi co-fondateur de la « French Tech Culture », qui s’incarne notamment dans l’accélérateur The Bridge (Avignon).

[En savoir plus / La Manufacture]

Jean-Pierre Saez

Directeur de l’Observatoire des politiques culturelles

Expert auprès de divers organismes français et européens, Jean-Pierre Saez est directeur de l’Observatoire des politiques culturelles (OPC), un organisme national qui travaille sur l’articulation entre l’innovation artistique et culturelle, les évolutions de la société et les politiques publiques au niveau territorial.

[En savoir plus]

Les intervenants
© Sébastien Cotte

 

Pour compléter le débat

Le « tax shelter », un incitant fiscal pour la culture en Belgique

Le « tax shelter », niche fiscale insérée dans le Code des impôts sur le revenu 1992 belge en 2003, est destiné à encourager l'investissement dans des œuvres audiovisuelles, cinématographiques et scéniques par les sociétés soumises à l'impôt des sociétés belge. 

[LAURENT VAN REEPINGHEN, « Qu’est-ce que le "tax shelter" ? », French-Connect Business, 2012]

Point à mi-parcours pour Europe Créative

Le  30 avril 2018, la Commission européenne remettait au Parlement et au Conseil européens un document d’évaluation intermédiaire du programme Europe Créative. Un programme dont l’efficience est jugée « supérieure à celle des programmes précédents » de la Commission.

[COMMISSION EUROPÉENNE, « Évaluation intermédiaire du programme «Europe Créative» (2014-2020) », 2018]

Débat autour de l’impact du financement privé dans le domaine culturel

Dans le cadre du « Monde festival », Le Monde a organisé le samedi 17 septembre 2016 un débat avec Jean-Jacques Aillagon et Aurélie Filippetti, autour de la question du financement privé de la culture. Cette arrivée bouleverse le modèle français des politiques culturelles, pour le pire ou le meilleur ?

[« Public/privé : quelle politique culturelle pour demain ? », Le Monde, 2016]

Repenser le rôle des politiques culturelles

À l'occasion du colloque international « Dix ans de Convention sur la diversité des expressions culturelles : perspectives nationales et internationales » qui s'est tenu à Québec en mai 2015, Jean-Pierre Saez évoque une nouvelle manière de penser le rôle des politiques culturelles pour protéger et promouvoir la diversité des expressions.

[« Entrevue avec Jean-Pierre Saez - Observatoire des politiques culturelles de Grenoble », 2015]

En off avec Pascal Keiser

A lire, cet entretien avec le président du collectif La Manufacture Pascal Keiser réalisé durant le Festival d’Avignon 2016 et publié par Le Bruit du off. Il évoque notamment le fonctionnement de la Manufacture, lieu du Off largement reconnu pour la qualité de sa programmation, et du label « French Tech Culture », qu’il a co-fondé.

[« Entretien avec Pascal Keiser », Le Bruit du off, 2016]

Co-organisateurs des débats :

La Maison Professionnelle du Spectacle Vivant
ISTS Avignon
La Scène
Festival d'Avignon