Nos métiers demain… et après-demain ?

Théâtre
RENCONTRE

Le 14 octobre 2019 au TNS à Strasbourg, la septième édition des rencontres de REDITEC (Réunion des directeurs techniques) a été consacrée aux mutations des métiers du spectacle vivant. ARTCENA est partenaire-ressource de cet événement et publie ces échanges.

Trois tables rondes réunissant des professionnels du spectacle, des universitaires, des partenaires sociaux et des élus ont tenté d’imaginer demain et de se projeter dans le monde d’après-demain. Qu’en sera-t-il de nos métiers, quelles seront les évolutions que nous pouvons imaginer et celles que nous ne percevons pas encore mais qui seront le socle de nos organisations ?

Table ronde 1 : « La précarité sera-t-elle incontournable ? »

Aujourd’hui, tous les intervenants dans le spectacle vivant offrent leurs services sous différents régimes d’emploi : intermittents du spectacle, auto-entrepreneurs, prestataires de services ou de coopératives d’activités pour les plus fréquents.
Dans un contexte économique difficile, la puissance publique participera-t-elle à cette flexibilité accrue du travail ? Demain, quelles seront les incidences sur la vie des acteurs du spectacle au quotidien ? Quid du régime de l’intermittence du spectacle ou de l’externalisation des services techniques ? L’ubérisation sera-elle la norme ?

Avec Thibault Leblanc (régisseur, Centre Pompidou Metz/Réditec), Cyril Puig (administrateur des Nuits de Fourvière), Carole Zavadaski (déléguée générale CPNEF-SV) et Sophie Zeller (déléguée au théâtre à la DGCA). Modération : Chloé Langeard.

Table ronde 2 : « La hiérarchie a-t-elle un avenir ? »

Comme dans de nombreuses entreprises, l’organisation du travail dans le spectacle vivant est marquée historiquement par une hiérarchie pyramidale. La mise en place de nouveaux modes de management ouvre la porte à davantage de transversalité et de responsabilités partagées. Qu’en est-il dans les faits ? Qu’en sera-t-il demain ? Les postes d’encadrement auront-ils encore une justification et quelles organisations permettront de motiver encore les futur(s) salarié(e)s ?

Avec Micha Ferrier-Barbut (sociologue / consultante en management des organisations culturelles), Marc Jacquemond (directeur technique, Agence culturelle Grand Est), Daniel Jeanneteau (directeur du T2G, metteur en scène/scénographe), Carole Lerendu (enseignante / titulaire de la chaire « RH et Innovations Sociales dans le secteur culturel » d’Audencia). Modération : Chloé Langeard.

Table ronde 3 : « Sommes-nous déjà en retard pour le futur ? »

De l’apparition du proskénion à l’informatisation de tous nos outils, le spectacle vivant s’est toujours emparé des nouvelles technologies, les a incorporées, questionnées, apprivoisées au profit de l’activité artistique ? Dans un milieu où le savoir-faire artisanal, fabriquant sans cesse des prototypes, reste une composante importante, comment se former aux révolutions technologiques et comment nous adapter à tous ces changements qui se succèdent ? cette évolution technique inéluctable se fait de plus en plus rapidement. Quelle sera la place de l’humain dans le spectacle vivant ?

Avec Alexis Bergeron (directeur technique de la Cie AM-CB), Philippe Berthomé (responsable des formations techniques de l’école du TNS), Aurélien Bory (metteur en scène) et Virginie Delacour (déléguée AFDAS Grand Est). Modération : Chloé Langeard.

Les échanges se sont achevés par une conclusion du sociologue Serge Proust.